Nos invités d’honneur

Invité Régional – Pierre DUC

brame

Pierre DUC est né en 1945 à Menotey dans le Jura. Dès son plus jeune âge, l’art le passionne et il réalise ses premières peintures vers 6 ans.

Plus tard il entre aux Beaux-Arts de Besançon où il étudie la peinture et la sculpture. Il sera enseignant en arts plastiques durant plus de 20 ans en lycée et à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres de Franche-Comté. (les élèves n’ont pas oublié les voyages scolaires organisés par leur professeur à Florence pour admirer les chefs d’œuvre de la Renaissance).

Ensuite, il se consacrera totalement à son art. Cet artiste touche à tout maîtrise de nombreuses techniques et réalise des sculptures (en bronze, inox, granit et marbre), des peintures à l’huile, des aquarelles , des sanguines, des pastels...

Ses thèmes de prédilection sont : la femme, les paysages jurassiens et les animaux.

Il a réalisé de nombreuses sculptures monumentales, dont le Vauban en bronze de plus de 3 m de haut que l’on peut admirer à la citadelle de Besançon. Son « Mémorial des anciens combattants d’Algérie » trône à Dijon sur la place Gaston Gérard.

C’est à Champagnole que vous pourrez voir « la fontaine du temps » ainsi que les fameux « lévriers ». Il crée des œuvres éphémères comme ce cycliste géant réalisé en herbe pour le Tour de France en 2004 et qui sera brouté par les vaches !

Certaines de ses aquarelles ont également illustré de nombreux livres d’art.

Quelques récompenses obtenues : - Lauréat des Affaires Culturelles 
 - 1er prix du festival international de Dijon 
 - 1er prix du festival international de Luxeuil 
 - Prix du conseil général de Touraine

tour-de-france-2012-quingey-maxppp

Invité National – Thierry MARTENON

thierrymartenon2Thierry MARTENON est née en 1967 à Grenoble. Il y a 10 ans, il décide d ‘allier l’utile a l’agréable et devient sculpteur. Ébéniste en formation, sa matière de prédilection est le bois. Tous les arbres qu’utilise Thierry MARTENON proviennent de la forêt domaniale du massif de la Grande Chartreuse et sont issus de la gestion raisonnée des forêts en partenariat avec l’ONF. Sa démarche est basée sur la recherche esthétique de la forme et de la matière.

« J’essaie de donner une expression contemporaine à travers un bois lourdement chargé d’histoire. »

L’inspiration lui vient en fonction de l’essence, du choix de la pièce dans l’arbre, de son veinage, de sa densité, de son grain, de sa texture, de son taux d’humidité : c’est le coté magique du bois…

tmAujourd’hui Thierry MARTENON a une renommée internationale, qui l’emporte jusqu’à Philadelphie et lui permet de participer à des expositions dans de prestigieuses galeries d’art et au salon Maison et Objet à Paris, qui est un rendez-vous incontournable des décorateurs d’intérieur en quête d’œuvres d’art pour leurs clients. A la manière d’un couturier, il présente deux fois par ans ses collections.

 

Invité International – DIADJI DIOP

diop_2Né en 1973 à Dakar, Sénégal, il vit et travail en France depuis 1994.

Dans l’optique de se former au dessin animé, c’st en classe préparatoire qu’il découvre les multiples potentialités de la sculpture et change de voie. Sa passion pour le dessin animé le cinéma nourrira toujours son travail tant au niveau du parti pris réaliste que dans ses installations parfois narratives.

En 1995, il intègre l’école nationale supérieure des Beaux-arts de Paris et en sort diplômé avec les félicitations du jury en 2001. Il a collaboré, en 2009, avec le palais le plus connu de France : l’Élysée. En 2007, il participe au festival des arts visuels d’Abidjan (AVA), Côte d’Ivoire. Diadji DIOP expose entre autres en Corée, aux Etats-Unis à Paris et à Dijon…

Son travail est traversé par les questions d’identité, d’exil et de violence. Privilégiant les formes réalistes, il questionne les rapports humains, en révèle les intériorités douloureuses sans jamais tomber dans le pathos, avec humour, force et parfois dérision. Son œuvre est un appel au dialogue, au partage, par delà la couleur de la peau, les frontières ou les commerces de la haine.

« Lorsqu’on fait un grand format, c’est évidemment visible de loin, mais c’est surtout la façon la plus généreuse de proposer quelque chose. »

1752672_7_3181_le-rhinoceros-du-sculpteur-diadji-diop-surgit_6925411524722397e2d29bb644572d21