Interview de FRANTZ faite en 2017


Comment êtes-vous venu à la sculpture ?

Déjà gamin je m'amusais avec de la pâte à modeler. Je réalisais de petits personnages que je passais au congélateur pour les durcir.
Mon père m'a ensuite fait découvrir le tournage et la sculpture sur bois. Nous avons passés pas mal de temps ensemble dans son atelier.
A l'adolescence attiré par la bande dessinée, j'ai beaucoup gribouillé. Et c'est après mes études techniques que je suis revenu vers le volume.
J'ai modelé des dizaines de personnages à l'allure « bédéesque ».

Cet art a t-il toujours été une évidence pour vous ? 

Après ma vie en entreprise, J'ai décidé de me lancer professionnellement dans une carrière artistique. Et la sculpture était une évidence.

 Êtes -vous admiratif d'un artiste en particulier ?

Paul Days (sculpteur), Ron Mueck (sculpteur), Jordi diez Ferbandez (sculpteur), otto dix (peintre) , Jerome Bosh (peintre), Michel Serres (dessinateur), Moebius (dessinateur) et bien d'autres...

Comment choisissez-vous les expositions auxquelles vous participez ?  

Je ne choisis pas toujours les expositions auxquelles je vais participer, cela ce fait au fil des rencontres avec d'autres artistes.
Mais pour celles que je choisis, je tiens compte de la qualité de l'expo et du niveau des artistes qui y participent.

A quelles expositions avez-vous participé en 2015 et 2016?

En 2015 et 2016 j'ai participé à différents salons, expositions collectives et rencontres artistiques. Pour une histoire de coût, j'ai exposé assez localement.

 Pourquoi avez-vous changé de médium ? A quel niveau se situent les améliorations ?

L'argile auto durcissante que j'ai utilisé est un très bon medium : facilité de mise en œuvre, très peu d'outillage et de contraintes techniques, un cout peu onéreux...
Le modelage permet de laisser vagabonder son imagination. Mais arrivé à un certain point, on est limité par la matière. il est très difficile d'affiner les pièces sans augmenter le facteur casse.
J'avais envie de travailler des œuvres plus aériennes.Et c'est en rencontrant d'autres artistes que je suis arrivé à changer de médium et de techniques.
Le travail du métal me permet de m'abstraire en partie de l’apesanteur et de créer (si l'idée ou l'envie me prend)des pièces plus dynamique.

Travaillez-vous une oeuvre à la fois ? Sur quelle création travaillez-vous actuellement ? 

Je travaille généralement une pièce après l'autre. Je viens de finir un scaphandrier sorti d'un futur dystopique.
Je cherche encore le titre, cela pourrait donner un truc dans le genre : date (pas encore choisie) bienvenue sur terre !!